Info sécurité

Personnel technique

Informations techniques et réglementaires concernant la sécurité du personnel...

Risques professionnels

L'équipe technique est exposée tout au long de son travail à des risques professionnels. Il faut les évaluer afin de les diminuer et de protéger au mieux les techniciens contre ces risques.

Les risques professionnels, les mesures de préventions et d'organisation du travail

Organisation du travail


Organisation rigoureuse du travail, afin de :


  • ne pas faire d'erreurs dans le montage,
  • gagner du temps,
  • limiter les risques d'accident du travail.
  • prévoir le matériel nécessaire, les effectifs suffisants
  • éviter de travailler dans l'urgence (source d'accidents).

Il faut tenir compte
  • de la nature de la manifestation,
  • des besoins en capacité de la scène,
  • de son dimensionnement
  • de son implantation sur le site
  • de la nature du sol (pour les installations en extérieur).


Les risques professionnels

Risques liés aux travaux de hauteur :
  • Chute de hauteur lors des travaux nécessitant l'usage d'un escabeau ou d'une échelle,
  • Chute d'objets sur la tête

Risques liés à la manutention manuelle:
  • Lésion dorsolombaire au cours de la manipulation, du soulèvement ou du transport d'un élément du podium : lumbago, sciatique, hernie discale, ...
  • Déchirure musculaire au cours d'un effort violent,
  • Blessure au niveau des mains ou des pieds par écrasement, coincement ou choc.

Risques liés aux chutes de plein pied
  • Perte d'équilibre lors des manutentions,
  • Risques liés à l'encombrement du sol.

Risques liés à l'électricité
  • Risques dus aux branchements des équipements de son et lumière.



Mesures de prévention collective


Organisation du travail
Le montage des scènes et podiums nécessite une organisation rigoureuse du travail, afin de ne pas faire d'erreurs dans le montage, de gagner du temps, et de limiter les risques d'accident du travail.
Ce travail demande une programmation, afin de prévoir le matériel nécessaire, les effectifs suffisants et d'éviter de travailler dans l'urgence (source d'accidents).
Il faut également tenir compte de la nature de la manifestation, des besoins en capacité de la scène, de son dimensionnement et de son implantation sur le site.
Pour les installations en extérieur, il faut tenir compte de la nature du sol.

Le travail en équipe
  • du fait des manutentions lourdes et des besoins de précision dans l'assemblage des éléments.
  • indispensable pour le montage de petites structures.
  • pour les grandes installations, prévoir un travail à quatre agents (deux équipes de deux).

La manutention
  • Certains éléments à manipuler peuvent atteindre 50 à 60 kg.
  • La manutention de charges lourdes sollicite fortement la colonne vertébrale. Il est indispensable de respecter certains principes de manutention.

Le travail en hauteur
Pour une intervention de courte durée, les escabeaux et échelles peuvent être utilisés.
Ces équipements de travail doivent être :
  • en bon état (vérifier l'usure des patins)
  • arrimés ou maintenus pour éviter qu'ils ne glissent ou basculent.
Pour les travaux plus lourds, le choix d'un échafaudage ou d'une nacelle élévatrice sera plus judicieux.
Pour des hauteurs supérieures à 3 m, un harnais de sécurité antichute pourra être utilisé.
Il devra être vérifié et les agents devront être informés sur son utilisation

La formation du personnel
  • formation peut être organisée au sein de la collectivité ou auprès du fournisseur du matériel.
  • conserver précieusement la notice de montage de l'installation afin de pouvoir la communiquer au personnel concerné.
  • une formation aux gestes et postures de travail indispensable.
  • les agents susceptibles d'intervenir sur les installations électriques doivent être titulaires d'une habilitation électrique.
  • l'utilisation de nacelles ou de Plates Formes Elévatrices Mobiles de Personnel nécessite que les agents soient formés et autorisés à utiliser ce type de matériel.
Le stockage et l'entretien du matériel
Des locaux de stockage suffisamment spacieux doivent être prévus dans les bâtiments qui reçoivent régulièrement ce genre d'installation afin de limiter les déplacements et les manutentions.
La qualité du matériel doit être vérifiée régulièrement afin de remplacer les pièces manquantes ou défectueuses.



Équipements de protection individuelle


Pour le montage de scènes ou de podiums, le port des équipements de protection individuelle suivant est indispensable :
  • un vêtement de travail,
  • des chaussures de sécurité,
  • des gants de manutention en cuir,
  • un casque de protection de la tête pour les installations de grande hauteur.

EPI, équipement protection individuel

Equipement de protection individuelUn équipement de protection individuel doit protéger tout ou partie du corps.

Il est utilisé lorsque aucun autre dispositif n'est possible.


L'utilisation d'un EPI ne doit pas empêcher la mise en place d'équipements collectifs (échafaudages de service en gardes-corps,...).

  • L'employeur est tenu de mettre à disposition des employés les EPI adaptés aux travaux qu'ils ont à effectuer et de vérifier leurs conformités.
  • Le matériel usagé doit être détruit.
  • La formation et l'entraînement à leur utilisation, tenant compte de la notice explicative, sont obligatoires.
  • La conception des EPI est réglementée.
  • L'assurance qualité, la déclaration de conformité et de marquage sont également réglementés.
  • Le port d'un EPI est une obligation. Son refus peut constituer un motif de licenciement.

Les équipements de protections individuel EPI

Les chaussures (NF EN ISO 20344-20345)

Les chaussures seront adaptées à la protection demandée :

  • Risque de perforation
  • Risque d'écrasement
  • Tenue de la cheville
  • Souplesse de la semelle
  • Résistance électrique
  • Résistance à la température ou aux acides

Le type de chaussure varie en fonction des corps de métier, d'où les différentes normes.


Les gants

Les gants sont obligatoires pour la manutention des décors, du matériel son et lumière et pour le montage de structures. Tout comme les chaussures, les gants doivent être choisis en fonction de leur utilisation.
Les normes concernant les gants sont en vigueur depuis 1995 (NF 420) :

  • Protection contre les risques mécaniques (NF EN 388)
  • Protection contre la chaleur et le feu (NF EN 407)
  • Travaux électriques (NF EN 609-03)

Les pictogrammes imprimés sur les gants indiquent leur résistance à l'abrasion, à la coupure, à la déchirure et à la perforation.



Les harnais

Le harnais est indispensable pour éviter les chutes. En particulier, lors des opérations suivantes :
  • Travail en hauteur sans protection collective
  • Travail sur échelle
  • Réglages de projecteurs sur ponts
  • Accès à des lieux où des éléments protecteurs collectifs n'ont pu être mis en place
Les harnais sont classés selon leurs utilisations :
  • Attache dorsale (EN 361)
  • Attache à la ceinture et dorsale (EN 358 & EN 361 ou EN813 & EN361)
Un harnais s'accompagne toujours d'accessoires normalisés :
  • Longes et longes à absorbeur (NF EN 354-355-358)
  • Antichute à rappel automatique (NF EN 360)
  • Connecteurs (mousquetons à viroles) (NF EN 362)
Un harnais d'escalade, de varappe ou e canyoning, ne correspondant pas aux normes, n'est pas autorisé pour le travail en hauteur.



Les casques (NF EN 397)

Le port du casque est obligatoire lors de travail en hauteur, travaux superposés et de risque de chute d'objet.



Les protecteurs d'ouïes (NF EN 352)

Les protections auditives (bouchons, casques antibruit) sont obligatoires pour les postes exposés.
Les techniciens du spectacle vivant sont fréquemment exposés aux risques auditifs.



Les protections anti-projections (NF EN 165 à 172, 207, 208 et 379)

Pour se protéger lors de travaux sur des machines-outils, avec de l'outillage portatif, de changement de certaines lampes à décharge, le port de lunettes ou de masques est obligatoire.



Gilet

Pour les travaux sur la voie publique, munir l'ensemble du personnel présent sur le chantier de vêtements à haute visibilité de classe 2 ou 3.

Travail en hauteur

L'installation de matériel amène souvent à travailler en hauteur, il faut alors assurer la sécurité des travailleurs par des protections collectives et/ou individuelles et utiliser du matériel adapté.

Travail en hauteur, les dispositifs de protections

La préparation de travaux en hauteur
  • veiller à la préparation du travail afin de réduire au minimum les travaux et les déplacements en hauteur qui exposent à un risque de chute
  • prévoir un maximum d'opérations au sol pour diminuer la charge de travail réalisée en hauteur
  • phase de reconnaissance du chantier nécessaire pour apprécier les difficultés
  • vérifier l'emplacement des lignes électriques* vérifier si le chantier est proche d'une voie routière ou du passage d'usagers
  • évaluer les risques de chute de hauteur* s'assurer que les conditions climatiques permettent de travailler en toute sécurité
  • le médecin du travail devra s'assurer que l'agent ne présente pas de contre indications au travail en hauteur.



Moyens de protection collective adaptés et réglementaires :


Les dispositifs de protection collective

La réglementation actuelle indique que les travaux temporaires en hauteur doivent être réalisés à partir d'un plan de travail conçu, installé ou équipé de manière à préserver la santé et la sécurité des travailleurs.
Le poste de travail est tel qu'il permet l'exécution des travaux dans des conditions ergonomiques.
La première mesure à envisager est la mise en place de protections collectives visant à empêcher la chute.

Ce dispositif est composé de :
  • Un garde-corps placé à une hauteur comprise entre 1 m et 1,10 m.
  • Une lisse intermédiaire à mi-hauteur.
  • Une plinthe de butée de 10 à 15 cm.
Tout dispositif d'une efficacité au moins équivalente est bien entendu accepté.


Les Plates-formes Individuelles Roulantes (PIR)

Pour les travaux de faible hauteur et si la situation le permet, il convient de préférer l'utilisation des Plates-formes Individuelles Roulantes qui sont conçues comme des postes de travail.
  • La hauteur maximum du plancher de travail peut atteindre 2,5 m.
  • Le plancher de travail a une dimension maximum de 1,00 X 1,50 m.



Les échafaudages

Échafaudage de pied

Il existe 6 classes différentes, selon les travaux à effectuer et le poids total de la charge au m².
Leur charge d'utilisation, uniformément répartie, doit être d'au moins 150 kg/m2 pour du personnel (Classe 2), de 600 kg/m2 pour du matériel (Classe 6).

Échafaudage roulant

La hauteur maximale du plancher de travail peut atteindre 8 m en extérieur et 12 m en intérieur.
Les roues porteuses de cet échafaudage sont équipées d'un système de blocage.
Il est nécessaire d'installer des étayages et des stabilisateurs si le rapport hauteur sur largeur du plancher de travail est supérieur à 3,5 (avec une largeur de plancher à 1 m).


Le déplacement de l'échafaudage ne doit pas être effectué :

  • Par une personne se trouvant sur le plancher et exerçant un effort sur une structure fixe.
  • Avec du personnel sur le plancher ou dans l'ossature.

Échafaudage volant

L'échafaudage volant est un dispositif installé provisoirement permettant de positionner à une hauteur variable un plancher de travail suspendu à deux câbles d'acier.

Mesures générales de sécurité :

  • Les personnes chargées du montage et démontage des échafaudages doivent avoir suivi une formation adéquate et spécifique.
  • L'échafaudage doit être examiné par une personne compétente avant toute mise en service et tous les 3 mois dans le cadre d'une vérification périodique.
  • Si l'installation est mise en place sur une voie ouverte au public, un balisage spécifique doit être mis en place.
  • Porter des casques, des gants et des chaussures de sécurité au montage et démontage.

Remarque : Les échafaudages sur taquets d'échelles sont dorénavant interdits. Ils ne répondent pas à l'obligation d'avoir des accès sûrs et ne sont pas de nature à résister aux efforts dynamiques consécutifs à la chute d'une personne.



Les nacelles élévatrices

L'utilisation des plates-formes élévatrices de personnes, appelées fréquemment nacelles élévatrices sont préférables pour le travail en hauteur.

Maintenance et vérifications
  • Avant tout début de travaux, les différents éléments de l'élévateur doivent être inspectés suivant la notice établie par le constructeur.
  • Les opérations de maintenance doivent être consignées sur un registre spécial (le carnet de maintenance).
  • Cet équipement devra également faire l'objet d'une vérification générale périodique par un organisme agréé (tous les 6 mois). (Vérification à demander auprès de l'organisme loueur, le cas échéant)

Certaines protections collectives ne permettent pas d'empêcher la chute mais d'en limiter la hauteur et les conséquences :
  • Les surfaces de recueil rigides, type auvents, ne sont désormais plus admises.
  • Les dispositifs de recueil souples, type filets, doivent éviter une chute libre de plus de 3 mètres.



Marchepieds, escabeaux et échelles

Il est interdit d'utiliser les échelles, escabeaux et marchepieds comme poste de travail.
Toutefois ces équipements peuvent être utilisés en cas d'impossibilité technique de recourir à un équipement assurant la protection collective des travailleurs ou lorsque l'évaluation du risque a établi que ce risque est faible et qu'il s'agit de travaux de courte durée ne présentant pas un caractère répétitif.

Marchepied
Système adapté pour une utilisation ponctuelle de courte durée avec des mouvements de faible amplitude.
Il pourra permettre une élévation d'environ 40 cm et devra être conforme aux exigences définies dans le décret n°96-333.

Escabeau
Il est utilisé pour des interventions plus régulières, mais de façon temporaire, permettant des mouvements de moyenne amplitude. Il devra répondre aux exigences du décret n°96-333 et de la norme NF EN 131.

Echelle
Les échelles portables sont utilisées prioritairement pour accéder à un niveau supérieur à défaut d'escalier ou d'échelle fixe, c'est avant tout un moyen d'accès.

Dans tous les cas, des mesures particulières de sécurité doivent être prises :
  • L'échelle doit reposer sur des supports stables et résistants.
  • Pour ne pas qu'elle glisse ou ne bascule, l'échelle sera soit fixée dans la partie supérieure ou inférieure de ses montants, soit maintenue en place au moyen de tout dispositif antidérapant ou toute autre solution d'efficacité équivalente.
  • Ne jamais travailler à deux sur une échelle même si elle est double.
  • L'échelle doit dépasser d'au moins un mètre le niveau d'accès.
  • Le port de charges doit rester exceptionnel et limité à des charges légères (quelques kilos) et peu encombrantes. Il ne doit pas empêcher le maintien d'une prise sûre.
  • Respecter les distances de sécurité par rapport aux lignes électriques sous tension :
  • Distance > à 3 m lorsque la tension est inférieure à 50 000 V.
  • Distance > à 5 mètres lorsque la tension est supérieure ou égale à 50 000 V.
  • En cas d'impossibilité, s'assurer qu'elle est hors tension ou mise hors d'atteinte par une protection.
Rangement et entretien d'une échelle
  • Les échelles doivent être rangées à l'abri des intempéries.
  • De préférence, les placer en oblique sur deux lits de crochets muraux.
  • Ne jamais laisser en service une échelle en mauvais état.
  • Une surveillance régulière doit être exercée sur les éléments constitutifs des échelles.
  • Les échelles en bois doivent être contrôlées au moins tous les six mois.
  • Les échelles fixes, d'une hauteur supérieure à 3 mètres, doivent être munies de crinolines (ensemble d'arceaux horizontaux et de montants verticaux solidaires de l'échelle et ayant pour fonction de limiter les conséquences d'une chute) à partir de 2,30 à 3 mètres du sol (l'usage recommande 2,50 mètres).
  • La hauteur d'échelle entre 2 paliers successifs ne peut dépasser 9 mètres.

Formations obligatoires

Liste des principales formations obligatoires ou recommandées :

Les principales formations obligatoires

Prévention des Risques liés à l'Activité Physique - PRAP

L'employeur doit faire bénéficier les travailleurs dont l'activité comporte manutention et activités manuelles :
  • Information des risques qu'ils encourent lorsque les activités ne sont pas exécutées d'une manière techniquement correcte.
  • Formation adéquate à la sécurité relative à l'exécution de ces opérations.
  • Les travailleurs sont instruits sur les gestes et postures à adopter pour réaliser en sécurité les manutentions manuelles.

Plus de détails sur les risques professionnels

(CT R 4541-8)



Utilisation des Equipements de Protection Individuelle (E.P.I.)

L'employeur fait bénéficier les travailleurs devant utiliser un Equipement de Protection Individuelle d'une formation adéquate comportant un entraînement au port de cet équipement.


(CT R4323-104 et 106 ; décret n° 93-41 du 11 janvier 1993)



Liées au travail en hauteur
Les techniciens doivent être formés aux risques de chute liés au travail en hauteur afin de se conformer à l'un des principes généraux de l'article L 4121-1 du code du travail.

Plusieurs formations existent :
  • CQP travaux sur cordes
  • Utilisation des EPI
  • Vérification des EPI
  • Les protections collectives
  • Montage et démontage des échafaudages
  • Travaux sur cordes
  • Industrie du spectacle, rigging, levage
  • Utilisation de PEMP

Plus de détails sur le travail en hauteur

(CT L 4121-1 ; directive européenne 2001/45/CE)



Technicien compétent en tribunes démontables

La qualification de technicien compétent en tribunes démontables s'obtient à la suite d'un stage de formation et permet le contrôle des tribunes démontables pour les établissements de moins de 300 personnes.


  • Pour les établissements de plus de 300 personnes, l'intervention d'un organisme agréé pour les missions « solidité » au sens de la loi Spinetta est requise.
  • Ces attestations de conformité sont obligatoires dans le cadre de la demande d'ouverture d'un ERP et sont à présenter à la commission de sécurité.
Les tribunes étant assimilables aux structures métalliques de type échafaudages visées par la recommandation CNAM R 408 du 10 juin 2004, il y a lieu d'en respecter l'esprit.

(CCH GE 6-7-8 PA 1 ; décret n° 95 260 du 08/03/95 ; circulaire du 22/06/95)



Technicien compétent en montage d'échafaudage

Les échafaudages ne peuvent être montés, démontés ou sensiblement modifiés que sous la direction d'une personne compétente qui a reçu une formation adéquate et spécifique aux opérations envisagées.

Plus de détails sur le travail en hauteur

(CT R4323-69 ; recommandation CNAM R408 ; décret n° 2004-924 du 1e septembre 2004)



Technicien compétent en Chapiteaux, Tentes et Structures (CTS)

La formation de technicien compétent en Chapiteaux, Tentes et Structures est rendue obligatoire par le règlement des établissements recevant du public. Le technicien compétent en CTS a deux fonctions :
  • Effectuer une inspection, avant toute admission du public (Réglementation ERP - article CTS 52).
  • Rédiger un engagement de conformité au règlement ERP et aux règles de l'art, ce document est obligatoire vis-à-vis de la demande d'ouverture d'un ERP et il est à présenter à la commission de sécurité lors de sa visite.

(CCH CTS 52 ; décret du 8 mars 1995 ; circulaire du 22 juin 1995)



Préparation aux habilitations électriques

Les habilitations électriques sont rendues obligatoires par le décret du 14 novembre 1988 qui traite de la protection des travailleurs contre les dangers des courants électriques.


  • Elles sont délivrées par l'employeur à la suite d'un stage de formation.
  • Les techniciens du service lumière sont les premiers concernés par cette réglementation.

(décret n°88-1056 du 14 novembre 1988 ; UTE C 18-510 ; circulaire du 6 février 1989 )



Autorisation de conduite moteurs et ponts

Il est interdit de confier la conduite des appareils de levage à un personnel non-formé.
  • La conduite des appareils de levage "à risques" nécessite la délivrance d'une autorisation de conduite par l'employeur, à la suite d'un stage de formation.
  • Le levage de structures, moteurs et ponts, la machinerie contrebalancée, motorisée et informatisée sont concernés.

Plus de détails sur le travail en hauteur

(décret du 23 août 1947 ; décret du 2 décembre 98)



Certificat d'Aptitude à la Conduite en Sécurité (CACES)

La réglementation impose à l'employeur la délivrance d'une autorisation de conduite aux utilisateurs de :
  • Plates-formes Elévatrices Mobiles de Personne (PEMP).
  • Chariots automoteurs de manutention à conducteur porté.
  • Engins élévateurs de chantier.
Cette autorisation peut être délivrée à la suite du stage de formation et au vu du résultat de l'examen du Certificat d'Aptitude à la Conduite En Sécurité (CACES).

(CT R4323-55 et 56 ; décret du 8 janvier 1965 ; arrêté du 2 décembre 1998 ; CNAM R 372, R 386 et R 389)



Permis de conduire

Le code doit être à jour avant de passer une nouvelle catégorie.
Il est valable 5 ans.
Poids total autorisé en charge : PTAC

Info sécurité

Les informations et documents contenus dans ce site sont donnés à titres d'exemples et sont susceptibles d'évoluer en fonction de la réglementation.

Retour
Lieux

L'Axone de Montbéliard

En savoir plus
Lieux

Opéra d'Avignon

En savoir plus
Lieux

Le Boeuf sur le Toit

En savoir plus
Lieux

Salle Rameau

En savoir plus
Lieux

Théâtre national de Toulouse

En savoir plus
Lieux

Zénith Oméga de Toulon

En savoir plus
Lieux

Palais des Festivals

En savoir plus
Lieux

Zénith de Toulouse

En savoir plus
Lieux

Kursaal de Besançon

En savoir plus
Lieux

Le Silex

En savoir plus
Lieux

Ardèche

En savoir plus
Lieux

Ariège

En savoir plus
Lieux

Côte-d'Or

En savoir plus
Lieux

Gers

En savoir plus
Lieux

Cantal

En savoir plus
Lieux

Hautes-Pyrénées

En savoir plus
Lieux

Alpes-Maritimes

En savoir plus
Lieux

Yonne

En savoir plus
Lieux

Allier

En savoir plus
Lieux

Loire

En savoir plus
Lieux

Le-Chambon-Feugerolles

En savoir plus
Lieux

Romans-sur-Isère

En savoir plus
Lieux

Vaulx-en-Velin

En savoir plus
Lieux

Colomiers

En savoir plus
Lieux

Chenôve

En savoir plus
Lieux

Cosne-Cours-sur-Loire

En savoir plus
Lieux

Riorges

En savoir plus
Lieux

Carcassonne

En savoir plus
Lieux

Vauvert

En savoir plus
Lieux

Mirmande

En savoir plus
Lieux

Champagne Ardenne

En savoir plus
Lieux

Ile de france

En savoir plus
Lieux

Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

En savoir plus
Lieux

Picardie

En savoir plus
Lieux

Lorraine

En savoir plus
Lieux

Poitou Charentes

En savoir plus
Lieux

Pays de la Loire

En savoir plus
Lieux

Bourgogne-Franche-Comté

En savoir plus
Lieux

Limousin

En savoir plus
Lieux

Auvergne-Rhônes-Alpes

En savoir plus